L’importance de l’écriture journalière

5 bonnes raisons de tenir un journal intime.

J’ai toujours retranscrit mes pensées sur le papier et profiter de ce sentiment précieux de jouir d’une chose qui n’appartient qu’à soi, de ce journal qui recèle les quelques fragments de vie offerts par l’écriture du quotidien. J’ai écris des années durants baignée d’incertitudes quand à la valeur de mes propres notes et pourtant convaincue de leur nécessité, de cet impératif du tout et du rien au coeur de l’écriture journalière. 

On pense bien souvent que tenir un journal est une activité quelconque voire enfantine et par conséquent qu’écrire son quotidien est illusoire. Pourtant, ce geste journalier qui semble insignifiant est beaucoup plus important qu’on pourrait le penser et ses bienfaits ne sont plus à prouver. 

Ma récente lecture de L’Ecriture du jour, journal d’André Gide par Eric Marty à été le prélude de cette réflexion sur l’importance des mots quotidiens et du journal et c’est précisément cela que je souhaitais partager aujourd’hui.

————

Les 5 bienfaits de l’écriture pour soi.

  1. Développer « sa présence à soi » . 

N’est-ce pas là la finalité d’un journal ? Cette expression employée à de nombreuses reprises dans l’avant-propos d’Eric Marty résonne en moi depuis ma lecture. Elle illustre précisément cette impression abstruse que je n’arrivais pas à nommer depuis toute ces années, celle-là même que l’on ressent lorsqu’on relit d’anciens écrits avec l’étrange sensation de lire ceux d’un autre. Le journal est le témoin de cette « présence à soi », de cette distance entre le soi de l’évènement et le soi de l’écriture. Ce qui réside au coeur de l’Ecriture, c’est l’intime, le sincère et le secret que chacun garde en soi et que l’on habite à travers les mots, les espaces et les virgules. Je suis convaincue que cette projection de l’intime dans l’écriture rend possible la sincérité à l’égard d’autrui et à l’égard de soi. Envisager sa relation à l’autre et à soi-même sous un angle différent, se découvrir des faiblesses et des qualités que l’on ne se connaissait pas, se dévoiler à soi  sont autant de bienfaits de l’écriture. 

  1. Eviter la représentation et être en vérité. 

Les pensées que l’on a tendance a alimenter ou suralimenter renvoient une image de notre quotidien qui ne correspond pas à la réalité vécue. L’écriture du présent, libre, instinctive et journalière délivre de cette représentation que l’on se forge inconsciemment. Elle permet d’une part d’être plus en vérité avec ce présent proche et de modifier l’appréhension que l’on a du monde et d’autre part d’en expérimenter un nouvel aspect à travers les mots. Je pense par ailleurs que c’est sans doute aucun le meilleur moyen de démystifier une conception idéalisée d’un évènement ou au contraire d’en augmenter la valeur. 

2. Mesurer l’insignifiant et l’important. 

Ecrire le quotidien, c’est avoir conscience de la valeur de l’insignifiant qui se cache derrière les quelques mots raturés-griffonés-racontés le soir, abandonné et absorbé par les menus plaisirs de la journée et les contrariétés de l’ordinaire. Cet autre qui n’a jamais eu de journal et qui s’est peut-être moqué du votre un jour, rejette sans aucun doute l’idée d’en posséder un à son tour par peur de cet insignifiant, mais c’est précisément en cultivant les mots de ces jours de petit riens que l’on prend la pleine mesure de ce qui n’en est pas, de ce qu’est l’essentiel. 

4. Servir d’exutoire.

Extérioriser manuscritement des émotions et délivrer ces quelques confidences que l’on ne dit qu’à soi-même, c’est précisément l’exercice de l’écriture journalière. Le journal se veut l’échappatoire intime et idéale des humeurs passagères. 

5. Apprendre à vivre en pleine conscience.

La pleine conscience, c’est l’appréciation des soupirs, des paroles murmurées, des petits gestes oubliés, de l’infinitésimal. Mettre des mots derrière cela, c’est apprendre à vivre pleinement, c’est reconnaître l’intention derrière chaque petites actions. 

L’écriture journalière permet en outre un retour dans un présent proche qui favorise l’introspection et la remise en question et peut par conséquent, immédiatement impacter ce présent. Dans cet échappatoire entre deux lignes, le journal se fait confident des rêves que l’on ose à peine murmurer et qui sommeillent en nous en attendant d’être réalisé. Les écrire est un pas de plus vers la concrétisation de ces projets. 

La liste des bienfaits de l’écriture quotidienne n’est pas exhaustive, bien au contraire et d’en faire l’expérience jours après jours depuis des années me met en bonne place pour vous le confirmer !  

————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *